Le Drive piéton, un concept qui fonctionne ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Parmi les 1001 façons de faire ses courses, une nouvelle tendance est en train de voir le jour : il s’agit du drive piéton. Les grandes enseignes souhaitent ainsi implanter cette nouvelle méthode au cœur des villes pour faciliter la vie des citadins. Mais parmi la multitude de services tels que le de drive classique, la livraison et les commerces de proximité, le drive piéton a-t-il sa place ?

LE DRIVE PIÉTON : COMMENT ÇA FONCTIONNE ?

Vous connaissez déjà certainement le drive traditionnel, qui consiste à faire ses courses sur le site d’une enseigne, et choisir une date et un créneau durant lequel vous venez récupérer vos courses en voiture, directement à l’entrepôt le plus proche de chez vous. Ce concept a déjà fait de nombreux adeptes depuis sa création, car il apporte un gain de temps non négligeable. Mais ce sont généralement les foyers familiaux et ruraux qui optent pour ce principe, tandis que les citadins sont moins nombreux à s’en emparer. Alors pour proposer de nouvelles offres à ces derniers, certaines enseignes se sont alors lancées dans le drive piéton, qui consiste à faire ses courses en ligne, comme pour le drive traditionnel, mais en venant les récupérer à pied, dans le magasin le plus proche.

Ce concept s’avère intéressant à plusieurs égards, car il permet de gagner du temps, au même titre que pour le drive traditionnel. Mais l’autre véritable intérêt du drive piéton, c’est qu’il incite à ne pas prendre sa voiture pour aller faire ses courses, ce qui pourrait permettre de désengorger les villes dont le trafic routier ne cesse de se densifier, avec tous les avantages que cela engendre. Et cela permet également de bénéficier d’une large gamme de produits, de l’ordre de 15 000 références, contre 5 000 dans les commerces de quartier. Les tarifs pratiqués sont les mêmes que dans les enseignes classiques, et cette attractivité s’explique par la petite surface des entrepôts par rapport aux supermarchés, qui coûtent moins cher aux enseignes. Enfin, les amplitudes horaires sont généralement plus étendues que dans les commerces traditionnels, le dernier créneau pouvant s’étendre jusqu’à 22h dans certains entrepôts.

26 % des foyers familiaux ont déjà opté pour le drive voiture.

Source : Nielsen Homescan

VERS QUELLES ENSEIGNES SE TOURNER ?

Le concept du drive piéton s’inspire du « click & collect » mis en place il y a une vingtaine d’année par l’enseigne Monoprix. Intermarché et Auchan ont, quant à elles, expérimenté ce service entre 2007 et 2014. Mais ce n’est qu’en septembre 2016 que l’enseigne Cora inaugure le premier drive piéton dans le centre-ville de Metz, en Moselle. Quelques mois plus tard, c’est au tour de E. Leclerc d’ouvrir son propre drive piéton à Lille, puis à Paris début 2019. Le groupe Carrefour, conscient de son retard, frappe fort en ayant implanté à ce jour pas moins de 42 drives piétons à travers toute la France. Si chacune de ces enseignes a donc expérimenté le drive piéton à des rythmes différents, toutes sont unanimes pour dire que cette nouvelle offre agit en complément d’autres offres commerciales, et non comme une concurrence directe aux commerces de proximité. En effet, ce service s’adresse aux courses hebdomadaires de grande ampleur que les clients réalisent d’habitude dans les supermarchés et hypermarchés excentrés, et dont le panier équivaut à une soixantaine d’euros. Ces commandes se verront donc complétées par des produits que les consommateurs ont davantage besoin « de voir, de sentir, de goûter, comme la viande ou les fruits et légumes », affirme Mathieu Ricou, directeur opérationnel de Carrefour Ile-de-France.