Les murs végétalisés : entre esthétique, bien-être et écologie

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Le mur végétal, aussi appelé Paroi Complexe Végétalisée (PCV), a plusieurs utilités. Esthétique, il sert notamment de décor, que ce soit en intérieur ou en extérieur sur des surfaces plus ou moins réduites. Les murs végétaux peuvent être de véritables tableaux artistiques et parfois même être perçus comme des éléments participant à la promotion de l’écologie urbaine.

LE MUR VÉGÉTAL : COMMENT ÇA FONCTIONNE ?

On distingue deux types de murs végétaux :

  • Le mur végétal grimpant, qui comme son nom l’indique, fait appel à des plantes grimpantes. Plantées dans la terre, elles se développent contre un mur, un grillage ou un treillis métallique. Ce procédé repose sur un système organique, c’est-à-dire que l’eau n’est pas recyclée : elle se charge en matière organique.
     
  • Le mur végétal suspendu, lui, utilise une toile ou du feutre horticole sur lequel on « suspend » différentes variétés de plantes sur plusieurs niveaux. L’arrosage de celles-ci fonctionne généralement en circuit fermé et doit être adapté à son environnement climatique. Ce procédé dit « hydroponique » nécessite une grande technicité mais l’eau n’est pas polluée, et elle est donc recyclée.

Le critère climat est à prendre en considération car le caractère humide ou sec de l’air va influencer la constitution et la composition du mur végétal.

Bon à savoir
Le premier mur végétalisé (prototype fonctionnel) à avoir vu le jour, est installé à l’école d’architecture de Montpellier (34) depuis 2005.

L’ENTRETIEN D’UN MUR VÉGÉTALISÉ

Au cours de la première et deuxième année, le mur végétal nécessite un entretien plus intensif et rigoureux que par la suite, car c’est durant cette période que les ajustements vont se faire. Ceux-ci porteront sur :

  • Le taillage des plantes
  • Le remplacement des plantes mortes
  • Le bon fonctionnement de l’arrosage
  • La quantité d’engrais
  • Le système d’éclairage le cas échéant

Par la suite, un entretien biannuel sera suffisant.

LE MUR VÉGÉTAL EST À LA FOIS ESTHÉTIQUE ET PRATIQUE

Camoufler un mur disgracieux, mettre une touche de vert dans un paysage maculé d’asphalte, créer un jardin vertical dans des habitations peu spacieuses, n’est-ce pas apaisant et agréable à admirer ? Outre son aspect esthétique, le mur végétal entre dans une démarche de haute qualité environnementale (HQE). A ce titre, il sert notamment d’abri et de garde-manger pour les animaux vivants dans le secteur. Mais il contribue également à améliorer la qualité de l’air, à la régulation des crues urbaines et il joue même un rôle en matière de microclimat. Il présente en effet des vertus isolantes et permet de réduire le bruit et le froid, sans oublier sa bonne résistance au feu.

Le mur végétal est évolutif car il offre la possibilité d’ajouter des pousses et des espèces différentes avec le temps. Notez que cet environnement plus vert a des effets dé-stressants : en plein environnement urbain, voir les feuilles danser au gré du vent et entendre chanter les oiseaux présente de réelles vertus psychologiquement apaisantes.

Bon à savoir
Le plus grand mur végétal au monde (Guinness book 2013) se situe à Milan. Il présente une surface de plus de 1300 m², et coûte moins de 500€/m².