Les villes renouent avec la convivialité et la végétalisation grâce aux jardins partagés

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email

Il vous est certainement arrivé, au détour d’une virée citadine, de croiser ici et là quelques parcelles de terre cultivées. Encore atypiques il y a quelques années, les jardins partagés sont à la mode car répondent aux besoins de convivialité et d’espaces naturels des citadins

DES ESPACES DE RENCONTRE ET DE CONVIVIALITÉ

Si la volonté de végétaliser les villes s’expriment de différentes façons, une chose est sûre : la création de jardins partagés s’inscrit dans une tendance durable. Si New-York a été précurseur en la matière, les villes européennes et notamment françaises ont su saisir l’opportunité d’aménager des espaces à la fois dédiés au contact avec la nature, mais également à la rencontre. 

Les jardins partagés sont des espaces qui permettent aux habitants d’une même ville ou d’un même quartier de cultiver des parcelles de terre plus ou moins grandes. Leur gestion est généralement encadrée par des associations qui accueillent tous les profils : scolaires, étudiants, actifs, retraités. Certains jardins partagés ont même une vocation d’insertion en accueillant des personnes en situation de handicap ou victimes d’exclusion. 
C’est même tout l’intérêt de ces jardins, et ce qui explique en partie leur succès grandissant : tout le monde peut s’y rendre et y rencontrer du monde. Ces espaces permettent donc de créer du lien social et favorisent les rencontres conviviales entre habitants autour d’une même activité : le jardinage. 

LES JARDINS PARTAGÉS RÉPONDENT À LA DEMANDE DE NATURE DANS LES ESPACES URBAINS

Il faut dire que les Français manifestent de plus en plus leur intérêt pour des villes plus vertes, comme le démontrait une étude de 2016 menée par l’IFOP pour l’UNEP (l’Union nationale des entreprises du paysage). Dans cette étude, on apprenait notamment que pour plus de 8 Français sur 10, habiter à proximité d’un espace vert est un critère important

Certaines municipalités ont donc décidé de soutenir les initiatives visant à la création de jardins partagés, Paris en tête, avec à elle seule compte près de 120 jardins partagés

Chiffre clés

  • 8 propriétaires sur 10 possèdent un jardin, contre 4 locataires sur 10
  • Pour 6 Français sur 10, créer de nouveaux espaces verts doit être la priorité n°1 des municipalités. (Source : Etude de l’IFOP pour l’UNEP, 2016)

LES JARDINS PARTAGÉS, LIEU D’ÉDUCATION À L’ÉCOLOGIE ET À LA BIODIVERSITÉ

Les villes se densifient et d’ici 2050, on estime que plus de 70 % de la population mondiale résidera en ville. Pourtant, la végétation, à travers les jardins partagés, participe à la lutte contre le réchauffement climatique et permet d’éduquer les citoyens à la biodiversité. Il s’agit là d’une première étape car la végétalisation des espaces urbains encourage indirectement les citadins à se déplacer davantage à pied et à vélo, et réduire ainsi le niveau de pollution. Mais les jardins partagés sont également des lieux d’initiatives citoyennes et d’éducation à l’environnement. Les participants pratiquent ainsi le compostage, la récupération d’eau de pluie et apprennent à cultiver sans pesticides, comme au jardin partagé des Deux-Nèthes, dans le 18e arrondissement de Paris. 

Bon à savoir
Paris s’apprête à accueillir la plus grande ferme urbaine du monde sur les toits du Parc des Expositions