Quels sont les rôles de votre syndic de copro ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email

Le syndic est élu par les copropriétaires, qui le mandatent pour exécuter différentes missions parmi lesquelles la gestion administrative, comptable et financière de la copropriété, ainsi que l’exécution des décisions prises lors des assemblées générales. 

LE SYNDIC SE CHARGE DE LA GESTION ADMINISTRATIVE DE LA COPROPRIÉTÉ

Le syndic de copro est désigné notamment pour assurer la gestion administrative de la copropriété qui le mandate. A ce titre, il tient les rôles suivants : 

  • Il doit convoquer les copropriétaires aux différentes assemblées générales puis organiser et superviser ces séances. C’est donc le syndic qui prépare l’ordre du jour et envoie les courriers de convocation selon les règles de forme prévues par la loi. Il veille également à inscrire à l’ordre du jour les résolutions obligatoires légales, et envoie les procès-verbaux d’assemblées générales aux copropriétaires à l’issue de chacune d’entre elles.  
  • Le syndic établit la fiche synthétique de la copropriété et la met à jour. Il s’agit d’un document obligatoire regroupant toutes les informations relatives à la copropriété, à commencer par le numéro d’immatriculation au registre national des copropriétés. 
  • Le syndic souscrit une assurance responsabilité civile pour le compte des copropriétaires. 
  • Il conserve les archives de la copropriété. 
  • Il produit un état pour le copropriétaire qui vend son logement. 

Bon à savoir 
La loi Alur de 2014 a renforcé les devoirs du syndic, notamment en mettant en place l’obligation d’immatriculer les copropriétés au registre national des copropriétés.

LE SYNDIC DE COPRO ASSURE DES MISSIONS COMPTABLES ET FINANCIÈRES

Le syndic assure la gestion comptable et financière de la copro, à commencer par l’établissement du budget prévisionnel de la copropriété. C’est donc lui qui se chargera d’ouvrir un compte bancaire séparé au nom du syndicat si ce n’est pas déjà fait, et en assurera la gestion. Enfin, il rend des comptes aux copropriétaires au sujet de sa gestion financière des fonds de la copropriété. 

Bon à savoir 
Le syndic de copro a l’obligation de convoquer les copropriétaires à une assemblée générale au moins une fois par an, puis de les informer des décisions prises lors cette assemblée générale.

LE SYNDIC EXÉCUTE LES DÉCISIONS PRISES EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Outre son rôle dans la gestion administrative, comptable et financière de la copropriété, le syndic est également tenu d’exécuter les décisions prises en assemblée générale : 

  • Il se chargera par exemple de contracter avec des professionnels afin de réaliser des travaux ou des réparations dans l’immeuble. 
  • Il assure la conservation de l’immeuble, ce qui l’oblige à mettre en œuvre les travaux urgents et nécessaires lorsqu’il s’agit de préserver le bâtiment. Il tient également à jour un carnet d’entretien de l’immeuble qui recense tous les travaux effectués. 
  • Le syndic signe les contrats de fourniture et d’entretien de l’immeuble, coordonne les missions des différents professionnels qui interviennent, et gère le suivi de tous les contrats. 
  • Le syndic est le représentant de la copropriété, notamment devant la justice. 

LE SYNDIC ENGAGE SA RESPONSABILITÉ DANS L’EXÉCUTION DE SES MISSIONS

Le syndic de copro remplit plusieurs rôles pour le compte de la copropriété, et il s’engage vis-à-vis des copropriétaires dans l’exercice de ses missions. Concrètement, il peut être poursuivi en justice s’il cause directement ou indirectement des dommages aux copropriétaires ou à des tiers. Sa responsabilité peut être engagée notamment dans les cas suivants :  

  • Manquement à la bonne application du règlement de copropriété. 
  • Dommages commis par les professionnels ou le personnel qu’il a engagé (comme le gardien de l’immeuble). 
  • Accidents ou dommages provoqués par des installations et des équipements communs (par exemple un accident d’ascenseur dû à un défaut d’entretien). 
  • Entretien insuffisant des parties communes, ne permettant pas le bon fonctionnement des installations et des équipements, comme le chauffage.